Meilleur équilibre boulot / vie privée grâce à la semaine de travail raccourcie ?

 evenwicht-werk-priveAu boulot

Travailler à plein temps et avoir tout de même le temps pour aller chercher les enfants à l’école, est-ce réaliste ? Selon le plus gros syndicat d’Allemagne, cela devrait l’être grâce à l’instauration de la semaine des 30 heures. Le but est que les travailleurs à temps plein puissent mieux combiner travail et vie privée.

Selon le syndicat IG Metall, le besoin de semaines de travail raccourcies est particulièrement fort. Cela ressort d’une enquête à grande échelle lors de laquelle un demi million de travailleurs ont été interrogés. Le syndicat reste réellement vague quant à l’adaptation des salaires en conséquence. Quoi qu’il en soit, ils souhaitent mettre le sujet sur la table lors des prochaines négociations en 2015.

Ce n’est pas la première proposition à avoir été lancée dans ce sens. Même le Ministre allemand de la famille Manuela Schwesig vient de défendre la proposition d’instaurer la semaine des 32 heures avec maintien du salaire pour les jeunes parents. Proposition que la chancelière Angela Merkel s’est empressée de rejeter.

Et en Belgique ?

Est-ce également envisageable chez nous ? En quoi de telles mesures pourraient-elles freiner l’économie ? Nous souffrons aussi d’un manque d’ingénieurs hauts-diplômés et les employeurs ne vont pas attendre des mesures complémentaires susceptibles de limiter considérablement le nombre d’heures de travail. La chance que de telles propositions aboutissent en Belgique est donc particulièrement mince.

Néanmoins, les intéressés réussissent souvent à obtenir un meilleur équilibre travail / vie privée par une série d’aménagements simples. Faire des choix et bien planifier, c’est crucial. Mais l’autonomie et le contrôle de ses propres occupations sont sans doute des notions clés. En outre, l’attitude flexible tant des travailleurs que des employeurs est vitale. Lorsque les deux parties se rendent compte que c’est d’abord le résultat qui compte et moins la manière dont on a pu l’obtenir, il devient réaliste de penser à de meilleurs formes de collaboration.